• Accueil

    Ce blog, tenu par Pierre et André Sauzeau, était consacré à la recherche mythologique, en particulier à la mythologie comparée indo-européenne et à la théorie de la quatrième fonction.

    Il est maintenant relayé par http://pierreandresauzeau.blogspot.fr/

     

    Nous avons actuellement achevé la préparation d'un premier volume consacré à l'hypothèse de la quatrième fonction; il a paru début 2012 dans la collection Vérité des mythes, dirigée par B. Deforge, aux Belles Lettres.

    Disponible ici.

     

     

    La quatrième fonction

    Marginalité et altérité dans l'idéologie des Indo-européens.

     

     

     Présentation de l’ouvrage

     

    L’ouvrage que nous proposons s’inscrit dans la tradition des études de mythologie comparée renouvelées par Georges Dumézil. Celui-ci, par la comparaison des textes et des institutions relevant de plusieurs cultures de langues indo-européennes (surtout l’Inde, l’Iran, Rome, la Scandinavie, plus rarement le monde celtique ou slave) a établi la trifonctionnalité comme structure essentielle de l’idéologie des Indo-Européens :

    1ère fonction : sacré – souveraineté – normes

    2ème fonction : force, guerre

    3ème fonction : richesse, beauté, fécondité

    Il ne s’agit pas forcément d’une structure sociale réellement institutionnalisée, mais d’un modèle de l’ordre social et cosmique.

    La théorie dumézilienne de la trifonctionnalité n’entend pas tout expliquer. C’est pourquoi notre intention n’est pas seulement d’apporter de nouvelles séries trifonctionnelles ou des comparaisons inattendues ; il ne suffit pas non plus d’élargir le champ de l’enquête à la Grèce, longtemps négligée – à tort ! Il s’agit de renouveler la théorie dumézilienne grâce à l’hypothèse de la quatrième fonction :

    4ème fonction : l’Ailleurs, l’Étrange, le non-Ordre.

    Ce modèle élargi, proposé jadis par les frères Rees, a été développé par l'anthropologue britannique Nick Allen et récemment par nous-mêmes dans plusieurs publications. Il permet, sans renier aucunement les découvertes de Dumézil, de progresser dans la compréhension des anciennes mythologies indo-européennes. L'idée commence à faire son chemin, au delà même des cercles étroits de spécialistes, comme le montre une belle page de Salman Rushdie :

    Un jour, Sir Darius ôta ses lunettes demie-lune, tapa du poing sur la table et s’écria :

    – Ça ne suffit pas.

    […]

    – Trois fonctions, ça ne suffit pas, dit-il fébrilement ; il faut qu’il y en ait une quatrième.

    – Impossible, répondit Methwold. Les trois concepts du vieux Georges remplissent la totalité du paysage social.

    – Oui, dit Sir Darius. Mais que fait-on de l’extériorité ? Que fait-on de tout ce qu’on considère comme au ban de la société, au-dessus de la mêlée, indigne d’attention ? Que fait-on des bannis, des lépreux, des parias, des exilés, des ennemis, des revenants, des paradoxes ? Que fait-on de ceux qui sont éloignés ? Merde. […]

    – Si de tels gens existent, proposa Methwold, ne sont-ils pas rarae aues ? Très rares ? A-t-on vraiment besoin d’un quatrième concept pour les expliquer ? Ne sont-ils pas, eh bien, comme des vieux papiers et tout ce qu’on jette à la poubelle ? Ne sont-ils pas tout simplement l’exception à la règle ? Des pièces rapportées ? Ne peut-on pas simplement les rayer de la liste ? S’en débarrasser ? Les mettre  à la porte du club ?

    Mais Sir Darius Xerxes Cama n’écoutait pas. Debout devant la grande fenêtre de la bibliothèque, il regardait la mer d’Oman.

    – Les seules personnes qui voient la totalité du tableau, murmura-t-il, sont celles qui sortent du cadre.

     

    Salman Rushdie, La terre sous les pieds, 1999 (trad. D. Marais)

     

    Nous avons jugé qu'il était temps de proposer un exposé approfondi et axiomatisé de la théorie quadrifonctionnelle, se développant notamment selon les axes suivants :

    • Rapport entre structure quadrifonctionnelle et appréhension numérique du monde

    • Rapport entre structure quadrifonctionnelle et système de couleurs : les proto-Indo-Européens pratiquaient un système de quatre couleurs fondamentales (blanc brillant, rouge, noir, « chlore ») associé aux quatre fonctions

    • Analyse des concepts, des représentations et des pratiques sociales de l’exclusion, de la marginalité, de l’altérité

    • Etablissement des complexes théologiques qui organisent la théologie de la quatrième fonction, par exemple : [Hermès + Pan / Aryaman + Pūan] ou bien [Apollon + Artémis / Rudra]

    caractérisation de la quatrième fonction dans son rapport aux trois fonctions « duméziliennes »

     

     

     The fourth function

    Marginality and Alterity in Indo-european Ideology.

     "One day, however, Sir Darius took off his half-rimmed spectacles, banged his fist on the table and shouted: It isn't enough...

    Three functions aren't  enough", he said feverishly. "There must be a fourth".

    "Can't be", said Methwold. "Theese three concepts of old Georges's fill out the indsides of the whole social picture".

    "Yes", said Sir Darius. "But what about outsideness ? What about all that which is beyond the pale, above the fray, beneath notice ? "

    Salman Rushdie, The ground beneath her feet, 1999.

     

     

     

     

    Les deux coupables : André (à gauche) et Pierre (à droite)

    http://data0.eklablog.fr/sauzeau/mod_articles419064_5059d0165019c.pdf

  • Nous présentons ici une série iconographique à l'appui d'une hypothèse d'histoire des religions: la série des cavaliers de l'Apocalypse de Jean serait d'origine indo-européenne, et probablement iranienne.

    André et Pierre Sauzeau ont publié deux articles dans la Revue d'Histoire des Religions (RHR, 1995, fasc. 3 et 4) sur la structure symbolique des chevaux colorés de l'Apocalypse. Dans le texte de Jean (VI), les couleurs des quatre chevaux  (blanc, rouge, noir, "chlore") correspondent à celles qui sont associées aux quatre fonctions indo-européennes, dont nous proposons la théorie, pour compléter les trois fonctions "duméziliennes". En outre, les explications du narrateur et les attributs de chaque cavalier correspondent parfaitement à la fonction suggérée par la couleur du cheval (couronne, épée, balance, mort et enfer). L'arc du premier cavalier, resté énigmatique pour tous les commentateurs, oriente vers l'Orient iranien, où l'arc est l'arme royale par excellence – comme en Inde.

     

     

    Les quatre cavaliers de l'Apocalypse (Beatus de Facundus, 1047)

     


    On trouvera donc ici quelques unes des représentations de ce passage de l'Apocalypse de Jean, dont les plus anciennes (Xème et XIème s.) sont empruntées aux manuscrits reproduisant le commentaire de Beatus de Liebana (moine espagnol du VIIe s., dont l'œuvre a été un best-seller du haut moyen-âge). Les couleurs des chevaux représentés sont sans doute peu intéressantes, ne serait-ce que pour des raisons techniques ou de conservation. Le détail le plus important est la position du premier cavalier (qui tire tourné vers l'arrière, comme les Scythes ou les Parthes), détail qui paraît un lointain écho de l'origine iranienne de ce thème eschatologique.

    Voici une statuette du VIe s. av. J.-C. représentant une Amazone qui combat "à la Scythe" (les Scythes étaient des nomades de langue iranienne):

    Amazone qui tire en arrière

     

    Et voici, le roi sassanide (dynastie qui règne sur l'Iran de 224 à 651) à la chasse. On notera, outre la position caractéristique de l'archer, la forme de sa couronne, que l'on comparera avec celle du premier cavalier, par exemple sur le Beatus de Facundus ou sur les suivants.

     

     

    Accueil

    Accueil

     

    Beatus d'Urgell (975)

    Beatus d'Urgell

    Beatus de Valladolid (vers 970)

    Accueil

     

    La tradition du cavalier scythe ou parthe tend à s'affacer. Dans l'Apocalypsre de Saint-Sever (Landes; 1060-1070), le cavalier blanc a perdu cette position caractéristique.

    Accueil

     

    Beatus de Silos (vers 1100)

    Bibliographies

     

    Certains enlumineurs sont même à la pointe du progrès technique : le premier cavalier porte une arbalète... (Beatus de Osma; 1086)

    Accueil

    Il est cette fois clairement assimilé au Christ, suivant une interprétation empruntée à un autre passage de l'Apocalypse.

    Beaucoup plus tard, l'enlumineur de la Bible d'Ottheinrich (1530-1532) illustre une autre interprétation, selon laquelle l'arc du 1er cavalier est l'arc-en-ciel.

    Bible d'Ottheinrich

    Mais, curieusement, la position caractéristique des cavaliers archers iraniens se retrouve au XVe siècle, dans certaines gravures (Bible de Cologne) et chez le flamand Memling (Saint Jean Baptiste et Saint Jean l'Évangéliste, Bruges, 1479).

     

    Accueil

    Accueil

     

    Le génie de Dürer fait exploser le schéma narratif et fonctionnel de l'image traditionnelle: les cavaliers attaquent de front au lieu de se succéder; bien entendu, pas de couleurs; las attributs deviennent des armes, y compris la balance... Le point de vue privilégie la mort, au premier plan.

     

    Accueil


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique